Search Popup Icon

La tendance mode « quiet luxury ». Qui achète?

Fashion Beauty Runway - Quiet Luxury, Are You Buying Into It 1
Area:

Depuis que les grandes marques de luxe ont commencé à baisser d’un cran le style ultra-maximaliste l’automne dernier, ce qu’on appelle maintenant le luxe discret (ou « quiet luxury », en anglais) est une tendance émergente qui prend de plus en plus d’importance. Parce que, apparemment, lorsqu’on est milliardaire, tout l’argent qu’on possède parle de lui-même. Avec son banquier et lorsqu’on choisit ses vêtements. C’est ça le luxe discret. De plus, en cette période d’incertitude économique, les tenues bigarrées ne sont plus du tout dans l’air du temps. Ciao bye les mélanges de motifs et les cacophonies de superpositions colorées. C’est, du moins, ce que l’on croit actuellement…

Les titans du style, qui donnaient le ton aux défilés de mode et à toutes les tendances qui se retrouvaient ensuite dans l’offre des marques ‘fast fashion’, ont été remplacés.

Alessandro Michele, lui qui nous a appris à joyeusement marier les initiales G avec des imprimés floraux, des volants et différents tissus (Du lamé ! Vive le velours! Et de la mousseline!) dans un seul et même vêtement, n’est plus chez Gucci. Même chose pour le designer américain Jeremy Scot, qui a été directeur création de la maison italienne Moschino de 2013 à mars 2023. Depuis l’automne 2022, ces deux créatifs ont quitté leurs fonctions dans les hautes sphères du vêtement; au grand dam des passionnés de mode purs et durs qui s’abreuvent de créativité débridée dans le vêtement.

Fashion Beauty Runway - Quiet Luxury, Are You Buying Into It 2

Retour du minimalisme

Cette diminution des vêtements criards au profit d’une garde-robe plus classique et minimaliste fait suite à l’incertitude économique qui plane dans l’air: hausse des taux d’intérêt, rumeurs de récession, et morosité généralisée dans un monde post-pandémie ont fait monter les craintes chez les plus stoïques des consommateurs.

Certains critiques de mode établissent un parallèle entre l’essor du luxe discret et le minimalisme du début des années 90, où régnait Donna Karan avec sa garde-robe ultra-pratique composée de bodys et de sarongs dans des tissus riches et discrets. Un style qui a fait son retour juste après la débâcle financière de 2008 et qu’on a appelé « normcore ».

Ou s’agissait-il d’une appellation fantaisiste, quasi intellectuelle, pour désigner les seuls vêtements que l’on pouvait se payer et qui se faufilaient partout? Rappel: ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre le luxe de différents types de vêtements, en fonction de l’heure de la journée et de l’activité. Bien qu’on puisse fantasmer sur l’idée que certaines personnes gravitent naturellement vers une palette neutre et créent des looks qui peuvent s’harmoniser avec le reste de leur garde-robe. Quelquefois il s’agit de choix économiques parce que c’est simplement tout ce que l’on peut se payer.

Ainsi, malgré les ressemblances, certains looks au luxe discret sont à des années-lumière de ceux que portent Gwyneth Paltrow et ses amis privilégiés, et dont les dressings débordent sans doute de pièces signées Loro Piana et Brunello Cucinelli, des marques italiennes haut de gamme offrant des vêtements ultra-classiques et ultra-coûteux depuis des décennies. Comme le jogging en cachemire pour tous les jours à 4 400 dollars, par exemple. Et les vêtements de la marque américaine The Row (créée, étonnamment, par les jumelles Olsen qui doivent leur célébrité à leur carrière d’actrices enfants habillées dans des looks bonbon).

Fashion Beauty Runway - Quiet Luxury, Are You Buying Into It 3

La fin du bling-bling?

Avec le temps, il sera complexe pour les marques de luxe de complètement délaisser leurs logos. Car si le minimalisme redevient extrêmement populaire, à moins d’avoir un oeil d’expert il sera difficile de distinguer un pull en cachemire haut de gamme étiqueté à des milliers de dollars d’une version en acrylique bas de gamme. Mais encore une fois à qui cela importe vraiment, à part la personne qui le porte et toute sa cour d’amis ultra-riches…

Le journaliste de mode et de culture Eugene Rabkin affirme dans un article d’opinion paru dans Business of Fashion que : « au cours des dernières décennies, l’achat de biens de mode de luxe est devenu une quête en soi. Le client luxe moyen ne consomme plus pour apprécier des produits bien fabriqués, ni pour signaler discrètement son statut à ses pairs, mais pour afficher son influence au monde entier, dans la rue et sur les réseaux sociaux ».
Le « quiet luxury » sera-t-il aussi important lorsque l’été 2023 battra son plein et que le film Barbie sera enfin lancé, avec sa palette néon criarde et ses peaux nues s’exhibant fièrement sous le soleil brûlant ? Hmmm…. Aux dernières nouvelles, la tendance Barbiecore est toujours hyperpopulaire sur TikTok. Le luxe discret? Pas vraiment.

Lire plus